playlist artwork#12 this weekPièces

by Lonah

  • 226939 plays, 19594 Downloads
  • pop

Tracks

1 54144 Listens
2 28045 Listens
3 19117 Listens
4 15266 Listens
5 15375 Listens
6 15955 Listens
7 12467 Listens
8 15312 Listens
9 12606 Listens
10 15949 Listens
11 9457 Listens
12 13246 Listens

About this album

  • Published: Apr 9, 2005

Attention mesdames et messieurs, Attention :

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

(vous pouvez ne pas cliquer mais ce serait ballot, quand même, hein, toutes ces harmonies
qui vous tendent la main)




L'album "pièces" fut commencé en mai 2003 et fini aux alentours de janvier 2005 (si tant est qu'il sera un jour vraiment finis). Il regroupe 12 morceaux. Chacun de ces morceaux est une pièce à lui seul, avec un univers qui lui est propre, ses propres sonorités, etc.

yiha





Certains furent composés à partir de poêmes connus, comme le crépuscule d'Apollinaire, ou le roi se meurt d'Eugène Ionesco.

Le tout se retrouve sans peine sur le site www.lonah.net, ou vous trouverez, sois dit en passant, beaucoup d'autres machins cosmiques et quelque peu hallucinants, notament les travaux du graphiste qu'on nourrit de temps en temps pour nous photgraphier des coins visuels

www.lonah.net donc.
--->NOUVEAU (mais assez honteux, hem) : blog Lonah : http://lonah.hautetfort.com

Deux critiques peuvent vous laisser une idée de l'entreprise cosmique en cours dans ce travail

Le cargo! Chronique Mars 2005 :
".. je recommence ... lonah c’est d’abord une voix, un charme ... lonah, ce sont deux tubes en devenir : "Artiste" et "Catin d’harmonie", chacun excellant dans son genre. "Artiste" alternant un chant enjôleur et des refrains accrocheurs, "Catin d’harmonie" lorgnant vers une pop sucrée (on pense étrangement à Mylène Farmer) et dégénérant lentement dans un érotisme troublant. Superbement réalisé, piano, cuivres, des mots qui coulent et un refrain entêtant au possible, un carton ... mais lonah ce sont aussi (plutôt même) des morceaux touchants, sensibles ("paris la mort", "les effacés"), un univers surprenant, hors du temps, l’impression d’évoluer en rêve (l’adaptation du poème "crépuscule" d’Apollinaire, "les amants de cristal" qui louche vers une musique à la « cités d’or », désarmant). Et cette impression étrange que l’univers « réel », ou disons plus personnel, de lonah se situe assez loin des deux premiers morceaux. Morceaux qui ont certes le mérite de retenir notre attention à la première écoute, le plan marketing est étudié, mais dont la recette est un peu plus voyante ..."

A Decouvrir Absolument : Chronique Mars 2005 :
" On a toujours tendance à fuir l'étrange, voir le parquer dans une cage, loin du toucher, mais possible au regard à l'écoute. Dans la musique, le mélange des genres prouve le contraire sauf quand une parcelle de ce que l'on appelle " l'intellect " est confrontée à une musique pop et actuelle. Lonah a choisi ce mélange, prenant poèmes et textes d'auteurs comme trame à des pièces indépendantes et dépaysantes l'un de l'autre. Sensualité, sexualité (catin d'harmonie) tendent vers une sortie de soi le tout entre moloko et autour de Lucie nouvelle mouture. On pense souvent au Murat érudit et lâchant les frasques, on pense aussi à se replonger sous la couette, un corps comme compagnie, de la chaleur (les amants de cristal) dans les reins et la douceur dans les yeux. On trouvera suivant son degré de réflexion le disque cheap ou surfait, mais quand les sens prennent le dessus le bonheur de croiser ce disque est là."

Bon, on va se fouler un poil plus et présenter les harmonies qui vous attendent :

ARTISTE


Décrire en musique et en chants une scène de meurtre vue comme une œuvre d'art, de création, d'application de sa volonté, voilà l'enjeu du premier morceau de ce disque. Gardant la violence pour de rares instants afin qu'elle ne s'épuise point, conservant toujours cette apparente légèreté dans le texte comme dans la voix, le morceau est bâtie sur une unique ligne de basse puissante, les cœurs avant les refrains, assez doux, permettant de préparer l'arrivée d'une violence assumée. Pas de facilité grossière, mais toucher une certaine idée de la mort qui se donne, de ce don et de ce pouvoir que l'on prend alors sur le monde, avec cette douceur respectueuse pour cette victime dont on ne connaît pas le nom.

CATIN D'HARMONIE


Tout le monde a subi au moins une fois dans sa vie l'insoutenable fadeur d'un clip d'une quelconque analphabète patentée, ânonnant à grandes peines des textes riches en émotions en plastique rose, le tout en se dandinant dans des ersatz d'érotisme, sur un gros poum tchak poum tchak. Catin d'harmonie est la caricature soigneusement pensée de ces filles de fausses joie , caricature débutant sur naturellement les pires canons de la très mauvaise pop FM. Mais l'histoire dégénère peu à peu, des harmonies viennent discrètement se faufiler entre la purée acoustique, et le texte lui aussi peu à peu devient cru, vivant presque réel. Là où la plupart des Catins d'harmonies habituelles restent à effleurer le coin d'un morceau d'une évocation de l'érotisme (la lourdeur de la phrase traduisant la lourdeur du procédé, mes excuses…), la notre veut vraiment briser ses chaînes et choisit d'assumer clairement ce que les autres murmures, quitte à précipiter sa chute.

PARIS LA MORT


Ce morceau est sans doute moins facile d'accès que les deux premiers. Il contient néanmoins ce que j'appellerais une profession de foi qui reste un des piliers de cette philosophie de comptoir qui m'agite. Séparé en quatre parties, avec deux thèmes musicaux assez différents qui se rejoignent sur la fin, ce morceau présente une sorte de Duel à base de lois, de morales. Ce morceau en fait est une provocation superbe et intouchable, brandissant cette insupportable vérité : que toute loi, morale, aussi profonde soit elle, s'écroule devant le moindre sourire

CREPUSCULE


Broder une harmonie sur le corps d'un texte aussi célèbre et superbe que le Crépuscule d'Apollinaire posa quelques problèmes de conscience. L'idée est bien que le résultat final soit digne de l'affection que l'on a pour ce texte. Je pense que cela est réussi. Tout en douceur, laisser les mots glisser sur les cordes d'un violon, battu du tic tac d'une horloge invisible avant que tout s'enflamme et que le musicien ne reprenne la parole le temps d'un refrain. A noter que la piste 4 n'est que l'introduction du morceau que nous avons préféré séparer du morceau chanté en tant que tel.

LES AMANTS DE CRISTAL


Ce morceau fut à la base composé par Antoine Liutkus – Binary Mind – , dans un esprit plus ambiant-indus. Il a été repris, arrangé, et nous lui avons apposé un texte. Décalé, différent, ce morceau est une scène, un spectacle éphémère le temps d'une quelconque conjonction ou intersection. Spectacle en dehors du temps, écarté des hommes, abstrait et sans raison. Quelque part vraiment innocent. C'est une flânerie astrale, une promenade céleste couvant sa propre fin.

LES EFFACES


Et si tous les pauvres damnés, millions de crétins tombés là plus par hasard que par choix, dans des tranchées, dans des camps, dans des guerres, se levaient pour aller réclamer à l'Histoire ce qu'elle leur doit ? Pour ces bouts de chaires amenés là juste pour mourir, qu'importent les causes, les raisons de leur combat face à la valeur de son sang. C'est en songeant à ces effacés que ce morceau est né. Parce que l'Histoire, comme bric à brac immonde de voix tonnantes, d'images faciles, existe bien sans ces vies raturées. Parce que l'Histoire, bon, voilà, ça se dissout dans de la mauvaise vodka.

FRACTALE


Un instant. Une goutte de réalité, un soupçon de moments un clin d'œil sans valeur. Et pourtant, un instant, dans lequel on peut s'enfoncer, recroiser sans cesse le même motif dans un plongeon immobile. Une chute de l'esprit. Un dérèglement stupide des sens alors que la raison s'abîme dans la contemplation d'une structure qu'elle même reflète, une structure fractale . Les mathématiques définisse comme fractale un objet mathématique dont le motif peut se retrouver à n'importe quel échelle dans n'importe quel détail. Les mathématiques sont dangereuses pour votre santé d'esprit. Arrêtez les mathématiques.

KEEP WALKING


Bon, il faut savoir arrêter d'étaler de la confiture avec des grands arpèges de piano,pour se faire plaisir de temps à autres. Donc on va poser une bonne basse qui bouge bien, une rythmique pour simplets mentaux, un petit clavier avec ce qu'il faut de septième pour avoir des relents de jazz mais pas trop, ça gâche, et de la bonne humeur, ah ça oui, c'est important de la bonne humeur. Bon c'est un peu manichéen mais ça va déchaîner les foules. Enfin je crois. Ce serait marrant. En fait c'est un morceau marrant.

SMOKING


Dans la lignée de Keep Walking, mais beaucoup moins innocent. De l'idée de fumer sa vie, de laisser celle ci se dissiper seconde après seconde en une fumée blanche et dansante. De ce que l'on perd et de ce qu'on y gagne. Ca fait mauvaise philo, encore une fois, je sais. Mais l'idée est là. Fumer, oublier les instants. Rester vierge, pur. Ne rien garder. Ne pas lire le figaro (non, ça va, si on ne peut plus rigoler).Avec une voix insouciante, heureuse de chanter son lent suicide. Et un joli solo à la fin, parce que le saxophone, monsieur, c'est ça qui fait le jazz (et ses ersatz).

OMBRE


C'est une image plaisante que cette femme qui avance l'air impassible, presque ennuyée, et qui raconte doucement comment elle a voulu arrêter cette vie, se séparer de son ombre. C'est un départ insouciant pris d'un sourire anodin, une mort à laquelle on s'abandonne d'un pas traînant, léger. C'est un envol sans fanfares ni connards à chialer partout des grosses larmes qui salissent tout. Une mort qui murmure son nom l'air absente. Ce que je cause bien quand même.

VISAGE D'EBENE


L'avant dernière pièce de ce tout est une prière joyeuse, à une souffrance coupable. Une idole bâtie sur des secrets colorés. Couleurs diluées. Ce qui est noir et ce qui est blanc, ce genre de trucs manichéens, j'ai du mal. Là, tout est impur, les victimes furent elles bourreaux, y a t'il une justice dans cette souffrance, je ne sais pas vraiment. Peut être que je m'en fous, et que je me passionne à regarder les impuretés fleurir en quelque beauté surprenantes. Et il y a des pianos qui volent à la fin, quand les couleurs se brisent.



Yi ha, donc.
(cc) Some Rights Reserved - Attribution-NonCommercial CC BY-NC

You can copy, distribute, advertise and play this album as long as you:

  • Give credit to the artist
  • Don't use this album for commercial purposes

Reviews for "Pièces"

339 reviews


  • Write a review
Alucard63

Je vais pas être original mais bon il faut saluer le travaille bien fait...

Report this review (spam, insults, etc.)

Nov 4, 2005

Un des meilleurs albums qui m'est été donné d'écouter et pas uniquement sur jamendo... C'est le premier album que j'ai télécharger sur ce site, sa fait maintenant deux mois que je l'écoute et je ne m'en lasse pas. La voix est superbe, les textes sont travaillés et le tout vous transporte dans un univers original et touchant. Il n'y a rien à dire, il faut juste écouter et profiter... Bravo et bonne continuation.
vins

curieux, jolis

Report this review (spam, insults, etc.)

Apr 26, 2005

Y a pas à dire: c'est de la bonne musique. La voix est très belle, les accompagnements musicaux sont sont plutot bons. On sent que Lonah a des idées pour ses compos, beaucoup d'idées, parfois trop d'idées même. Le résultat donne un album plaisant à écouter malgré quelques longueures dans les chansons et quelques fautes de composition et de mixage, mais cela, Lonah le sait déjà. Si je met une note plutot moyenne, ça n'est pas parceque l'album est moyen, mais c'est pour encourager Lonah à corriger ce qui ne vas pas et à nous fournir un album encore meilleur.
Chakhall

Bof...

Report this review (spam, insults, etc.)

Jun 6, 2005

Joli voix c'est sur... Mais chansons pas terribles, endormantes...
artemis

Incroyable!!

Report this review (spam, insults, etc.)

May 29, 2005

Album vraiment superbe, chaque musique apportant son univers propre, accord parfait et sonorité tous plus fantastiques les uns que les autres, un des meilleurs album disponible en ce lieu a télécharger de toute urgence!!
lolotteauxfraises

Captivant

Report this review (spam, insults, etc.)

Nov 12, 2005

Tout l'album m'a interpelé par ses paroles et sa musicalité. C'est un album qui gagne a être connu. Je pense qu'on ne devrait pas tarder à l'entendre à la radio enfin c'est ce que je souhaite fortement à cette artiste qui le mérite fortement!!! Merci pour cet univers captivant.
killwithknife

Magique

Report this review (spam, insults, etc.)

Jul 28, 2005

J'ai choisi cet album à la vue des critiques et je n'en suis pas du tout déçu l'album vous prend dans un tourbillon de sons après seulement quelques secondes d'écoute, les paroles sont sublimes et la musique s'emboîte avec ces textes. Certaines chansons peuvent émouvoir pour les plus grands sensibles comme j'en témoigne. Simplement sublime.
fimagina

BRAVO

Report this review (spam, insults, etc.)

Aug 23, 2005

j'aime bcp bcp bcp :) bcp de talent! belle musique ! belle voix! beaucoup d'émotions c'est BEAU!
YannTech

Sublime

Report this review (spam, insults, etc.)

Jun 28, 2005

Cette album, est tout simplement magnifique. Ca faisait longtemp que je n'avais pas entendu un si belle album, chaque morceau se détache des autres et reste unique. Continuez comme ca ;-)
darthtuxlinux

Magnifique

Report this review (spam, insults, etc.)

Jul 26, 2005

Que dire d'autre? Il y a une douce voix feminine envoutante, des textes tres bien ecrit, une recherche instrumental recherché etc... J'ai beau chercher je ne trouve pas de defaut. Mais comme la perfection n'est pas humaine je ne met "que" 9. Bravo et Bonne continuation.
David

Toujours et souvent écouté !

Report this review (spam, insults, etc.)

Jun 11, 2005

N'ayant pas pris le temps de donner mon avis sur ce splendide album, je reviens avec un feedback de près deux mois d'écoute... J'écoute toujours et souvent ! La voix de la douce Raphaëlle me fait "planer", et l'orchestration de l'album est géniale. J'adore "Catin d'harmonie" (comme un peu tout le monde je crois) mais aussi "Crepuscule" (qui me détend considérablement) et j'ai récemment découvert (ah, la joie de réecouter un album et de le découvrir sous plusieurs angles) dans la continuité "les effacés" et "Visage d'ébène" (qui me rappelle une magnifique chanson de V. Paradis), bref, que du bonheur. Cet album de Lonah, ne vous en privez pas ! Dévorez-en chaque sonorité, fermez les yeux, et songez...